20 mars 2010

Je hais les samedis

2010_03__009

Première image du matin, de tous les matins, depuis des années...

Il faut juste imaginer que des fois le chêne est couvert de feuilles vertes et que des fois aussi, le ciel est bleu... Alors je vous dis même pas quand la fenêtre est restée grande ouverte durant la nuit, qu'un léger courant d'air frais vous frôle le visage et que les oiseaux chantent comme pour remercier le soleil d'être en grande partie pour tout ça.

C'est ça aussi qui me fait tenir, depuis des mois j'attends que ce foutu printemps revienne, que cet hiver que j'ai passé dans la solitude et dans le froid se termine. Que le temps finisse par effacer de ma mémoire que dans ce décors que je croyais idyllique, Tu étais la...

Il m'est toujours difficile d'expliquer cette singularité qu'en fait je me surprenais moi-même à ne pas pouvoir contrôler. C'était mon inconscient qui me pilotait.

C'est Toi que je découvrais endormie à mes cotés, corps inerte, détendu. C'est sur ton corps que parfois ma main se laisser aller à quelques caresses, mais pas trop, pour ne pas te réveiller... Je profitais en silence de cet instant de bonheur.

Et c'est avec Elle que je passais le reste de la journée. Mais Tu et Elle n'étaient qu'un : Toi

Posté par coeur de verre à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Je hais les samedis

Nouveau commentaire